Un jour, aurons nous honte d’avoir été au zoo ?

A l’heure où l’Afrique fait moins peur, où la chance de voir un jour les grands animaux d’Afrique tend à s’offrir au plus grand nombre. A l’heure, où les espèces semblent de plus en plus menacées d’extinction. A l’heure où l’on sent que la nature peut faire basculer le monde dans le meilleur, ou le pire. Aurons nous, un jour, honte d’avoir été dans un zoo?

Les safaris à dos d’éléphant disparaissent peu à peu en Afrique. Abu Camp au Botswana, Jabulani en Afrique du Sud ou Elephant Camp au Zimbabwe y ont mis fin, poussés par une clientèle (souvent américaine) de plus en plus sensible sur ce point. Plus personne n’ignore non plus qu’aller caresser des petits lions tout mignons les condamne à court terme à finir au bout d’un fusil, cible facile de chasseurs fainéants.

Mais si l’on investissait l’argent nécessaire, non par les pays eux mêmes, mais l’humanité toute entière pour sauver ce patrimoine naturelle comme nous investissons pour sauver le patrimoine de l’humanité avec l’Unesco, la faune africaine (et celle d’ailleurs) pourrait survivre et même vivre pleinement aux côtés d’une humanité responsable.

Si les zoos n’avaient plus l’excuse de faire de la préservation, que leur resterait il? Pourquoi garderaient ils en cage des animaux sauvages loin de leur écosystème? Pourquoi les hommes accepteraient ils encore d’enfermer des animaux sauvages pour… les regarder?

La question s’est posée dans les cirques, elle se posera dans les zoos, si et seulement si la faune sauvage arrive à être préservée. Sinon, les zoos auront la vie belle et pourront déguiser leurs visées mercantiles avec de vraies objectifs de préservation.

Mais c’est si mignon un zoo… j’ai des enfants et moi-aussi j’ai aimé emmener mes enfants voir ces animaux. Mais à chaque fois, j’en suis ressorti malheureux, un peu honteux, pas très fier de mon coup. Je pousserais même le bouchon plus loin. Même si de nombreux mammifères venaient à disparaître, les zoos seraient alors les témoins de la mauvaise gestion humaine de notre planète. Même dans ce cas là, ils seraient la preuve que des animaux sauvages ne peuvent plus vivre qu’en cage pour rester vivants. Preuve de notre misère collective.

Je ne suis pas écolo outre mesure, mais je crois en l’équilibre. L’équilibre nous protège des excès. Quand je mange trop de sucre, je risque le diabète. Quand je mange trop de gras, le cholestérol (bien que même cela soit remis en cause). Quand je ne respecte pas les équilibres de la nature, je m’expose à un retour de bâton assez sévère… Changement climatique, montée des eaux, disparition des espèces, ces sujets sont bien trop universels pour être laissés à la seule responsabilité des nations.

La mondialisation a ceci de bon que les consciences peuvent potentiellement se réveiller en même temps. N’est il pas surprenant que des lodges mettent fin à des activités ridicules avec des éléphants pour des clients américains, alors même que leur président aimerait autoriser l’importation de trophées d’animaux africains, bref encouragerait la chasse.

Le monde et les consciences évoluent parfois de manière surprenante. Je prends donc le pari qu’un jour, les zoos n’auront plus bonne presse; pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Mais même si le béton entoure une énorme majorité du monde dit développé, la nature nous rappelle à la réalité… Je suis donc persuadé qu’il faudra du temps mais comme pour les cirques ou les corridas, les zoos disparaîtront et dès lors, ce sera un signe positif, je l’espère, sur bien des sujets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *