Ces mots purement sudaf

Ces mots purement « sudaf » 

Les sud africains se sont parfois libérés des contraintes de la belle langue anglaise et cela pour plusieurs raisons : tout sud africain qui se respecte parle au moins 2 langues mais la plupart en parlent 3 voire plus. Disons qu’un blanc parlera anglais et afrikaans et un noir parlera ces deux langues et une ou (souvent) plusieurs autres langues dont forcément le zulu. Ce métissage linguistique et finalement des années à vivre isolés du monde, ont entraîné les sud africains (blancs) à inventer leur langue, l’Afrikaans, mélange fortement emprunt de hollandais mais avec des mots français (merci les Huguenots, anglais et allemands). Mais attention l’Afrikaans n’est pas une langue exclusivement « blanche », ceux que l’on appelle les « coloured », métisses en fait surtout présent (et d’ailleurs majoritaires) dans la région du Cap en ont fait leur langue maternelle. Mais l’anglais demeurent LA langue commune par excellence car elle n’appartient quasiment à personne (sauf au tout de même nombreux descendants d’anglais) donc elle est à tout le monde. Voici des bizarreries :

 

Is it ?: c’est la traduction de isn’t it en fin de phrase anglaise pour dire, « n’est-ce pas » ou « ah bon ».

Bakkie : c’est le terme purement sudaf qui détermine le pick up, ces véhicules avec un habitacle pour deux et une remorque à la place du coffre et des deux places arrière.

Robbot : c’est le feu de circulation ou Traffic Light

Township : c’est un terme issu de l’apartheid qui est encore utilisé même si son terme demeure aujourd’hui un peu négatif. Ce sont ces quartiers dans lesquelles les populations noires principalement étaient parquées souvent en périphérie de la ville. Vous en verrez partout et certains s’affichent sans pudeur mais vous verrez aussi beaucoup de constructions de plus en plus belles et « officielles » qui donnent une nouvelle allure à ces quartiers issus des années noires du pays.

Braaï : nous l’avons déjà vu, c’est le barbecue.

Biltong : viande séchée issue aussi des traditions culinaires issues du Grand trek, on en trouve partout et souvent cela se mange en apéritif ou en coupe faim, un peu comme des chips. On en retrouve dans toutes les viandes classiques (bœuf) ou moins classiques pour nous (autruche, kudu ou autres antilopes).

Vuvuzela : la pollution sonore des stades sud africains connu mondialement depuis 2010 est aussi une spécialité locale… pas pire qu’une corne de brume, et parfois assez joliment décoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *