L’Afrique du Sud… en train

Tout grand pays a sa ligne de chemin de fer… témoin de son industrialisation passée, les chemins de fer dans un pays sont souvent le signe de la force de ses infrastructures. Au lendemain d’un accident ferroviaire dans la banlieue de Johannesburg, je souhaitais revenir sur les trains sud africains… Il sont en général méconnus des voyageurs comme tout transport en commun souvent déconseillé. Mais il existe bien des façons de voyager en train en Afrique du Sud et il existe des signes encourageants pour l’avenir.

Les trains urbains :

Le fameux train de banlieue à Johannesburg est évité par la plupart des voyageurs. La raison principale est que l’on ne se déplace pas en transport en commun et que ces trains existent surtout pour desservir les villes et quartiers alentours et notamment quelques townships. Quand on traverse le pont Nelson Mandela dans la City de Johannesburg avant d’arriver dans le quartier en rénovation de Newtown, on mesure l’importance de ces transports pour les sud africains. Le confort est sommaire et la ponctualité variable… on continuera d’éviter de prendre ces transports car c’est avant tout inutile au voyageur pressé.

Mais un nouveau train, le Gautrain existe depuis 5 ans et il dessert l’aéroport de Johannesburg jusqu’à Rosebank, Sandton et jusqu’à Pretoria. Ce train rapide, ultra moderne, silencieux et confortable est une très belle solution pour le voyageur qui arrive à Johannesburg. Il permet d’éviter les bouchons des autoroutes menant à la ville et dessert les quartiers où sont situés les hôtels et guest house de la ville, jusqu’à Pretoria. La sécurité y est optimum… ainsi dès l’arrivée, on est épaté par la qualité des infrastructures construites pour ce train… un héritage positif des investissements réalisés pour la coupe du monde de football en 2010.

Au Cap et dans les autres grandes villes du pays, les transports urbains ferroviaires sont parfois plus praticables… Au Cap, le métro dessert le centre et les différents quartiers de la ville, en dehors des quartiers côtiers de la ville comme Bantry Bay ou Camps Bay… Pour les fans d’immersion qui loueront une maison dans les quartiers éloignés du centre et de la mer, le métro sera une vraie solution dans la journée… là aussi pour éviter les bouchons aux heures de pointe.

Les grands trajets :

Dès qu’un pays est vaste, on rêve de les traverser en train… honnêtement, je ne suis pas fan de ce type de transport sur de longues distances que j’assimile à une perte de temps. Peut être ai-je trop pratiqué le train pour le fantasmer aujourd’hui. Il existe néanmoins en Afrique du Sud un réseau ferré qui permet de relier les grandes villes. Ce réseau est ancien, construit entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle. Le train fut, comme aux Etats Unis, un moyen d’occuper le territoire et aussi d’acheminer les richesses vers les grands axes routiers ou maritimes. C’est ainsi que même dans le parc Kruger et la région de la Blyde River Canyon, on retrouve d’anciennes voies ferrées qui permettaient d’acheminer l’or et les mineurs. De nouvelles lignes existent aujourd’hui et les voyageurs connaissent surtout les trains de luxe qui proposent des prestations exceptionnelles.

Blue Train, Shongololo ou Rovos Rail, il en existe pour chaque style… Mon préféré demeurera le Rovos Rail. Ce train atypique est un train de luxe, dans le plus pur style colonial, façon Orient Express. De nombreuses routes sont possibles ; de Johannesburg au Cap en passant par Kimberley, rarement inscrite dans les itinéraires tant cette ville minière est excentrée et traversant les paysages désertiques du Karoo…. Puis le trajet allant vers Durban en passant au large du Drakensberg et également vers le Kruger en passant par Nelspruit. Enfin, on retrouve un très beau trajet qui partira précisément de Pretoria (ou Rovos dispose de sa propre gare) pour les chutes Victoria au Zimbabwe… Un superbe voyage qui permet de s’enfoncer vers le Nord du pays, longer le parc national de Hwange après la ville de Bulawayo et enfin atteindre Victoria Falls. On voyage alors au milieu de zones peu visitées et sublimes dans une ambiance digne des films d’aventure raffinés. Le service à bord est exceptionnel, les cabines sont grandes et confortables, disposant de leur salle de bain privée, d’une table agréable. La longueur de ce train dépendra du nombre de voyageurs… Un expérience hors du temps.

Mais pour le voyageur commun des mortels, le train restera un gros objet qui longera parfois les grands axes routiers, un train de marchandise incontournable et lent que vous dépasserez sans peine en vous demandant quand il finit et quand il commence… Le train demeure un rêve pour beaucoup, une nécessité pour d’autres… les lignes à grande vitesse ne sont pas d’actualité mais le développement ferroviaire étant un signe du développement d’un pays, j’attends le jour où cela deviendra une réalité et que la voiture pourra être reléguée aux seuls voyages en brousse… un jour peut être.

2 Comments on “L’Afrique du Sud… en train

  1. Bonjour,

    C’est une belle coincidence que d’être tombé sur cet article car je prépare un voyage en Afrique du Sud, et je me demendais quel type de transport permettait de parcourir un maximum de territoire tout en profitant du paysage. Sachant que je n’ai pas le permis voiture, ca limite les choix.
    Je me renseignait justement sur l’état des lignes férovières et de la sécurité de voyager en train. Je suis tombé sur le site de l’agence meltour, qui propose justement des voyages en train en Afrique du Sud. C’est comme cela qu j’ai découvert 2 types de trains a priori célèbres donc vous faites référence : le Rovos et le Shongololo. Je n’ai pas entendu parler des autres trains dont vous parlez.
    Mais cela me réconforte dans l’idée de choisir ce mode de transport, si jamais mon voyage se concrétise.
    Merci!

  2. J’ai eu l’occasion de voyager avec ma fille en juillet dernier de Pretoria vers Capetown avec le Blue train….magnifique experience dans le temps et dans des paysages somptueux. À recommander.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *