L’Afrique du Sud et l’Afrique

C’est une grande histoire et cet article ne va pas apprendre grand-chose aux initiés mais l’Afrique du Sud a une relation très particulière avec son continent. L’Afrique du Sud s’est développée à part du continent lors de l’apartheid. Le Zimbabwe et le Mozambique servant de base arrière aux résistants de l’ANC mais aussi tous les grands pays africains « engagés » comme la Tanzanie. Puis il y a aussi eu le soutien de certains pays d’Afrique du Nord, Algérie et Lybie en tête.

Puis l’apartheid a explosé, la démocratie a triomphé et il a fallu (et il faut encore) préserver ses relations avec ses amis et alliés d’hier. La Lybie de Kadhafi n’a jamais été condamnée par le pouvoir sud africain et les frasques du président zimbabwéen n’ont jamais entraîné les foudres de son gros voisin sud africain… bizarre !

Aujourd’hui, malgré quelques tentatives lors de conflits armés, lors de crises politiques graves au Congo ou ailleurs, l’Afrique du Sud a bien tenté de prendre la place des anciennes puissances coloniales au niveau politique… mais, en tout cas de manière visible, cela n’eut que peu d’effet et depuis bien longtemps, l’Afrique du Sud semble avoir donné les reines de son expansion aux entreprises et investisseurs ; si les chinois ont depuis bien longtemps établi leurs bases d’expansion dans de nombreux pays du continent, les investisseurs sud africains n’ont pas tardé, dès les années 90, à se répandre sur le continent. Ils ont tout d’abord privilégié les pays limitrophes (Namibie, Botswana, Mozambique et Zimbabwe) puis ils sont allés bien plus loin : tout d’abord vers les pays anglophones (Kenya, Tanzanie, Ouganda), beaucoup dans les îles (Maurice, Seychelles). Ensuite, ils ont mis le pied dans certains pays francophones (Congo, Afrique de l’Ouest ou centrale). Malheureusement, pratiquant peu le français, ils ont dû s’appuyer sur des français, pas toujours brillants, qui servaient l’Afrique du Sud après avoir servi la France et qui en fait ne servaient qu’eux-mêmes.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?
Les produits sud africains sont partout : des fruits aux produits manufacturés, des éléments de déco au vin. Le savoir faire sud africain en terme de Lodge (hôtels de brousse) s’exporte particulièrement bien en Afrique de l’Est et même au Congo Brazzaville. Les relations d’affaires avec les deux autres géants (Congo Kinshasa et Nigeria) se portent à merveille et ces deux pays fournissent à l’Afrique du Sud de gros lots d’immigrants… L’Afrique du Sud à l’image du monde gère ses relations internationales avec l’Afrique avec son portefeuille et supporte des situations discutables car elle a aussi de la mémoire (ou c’est l’ANC qui en a).

Mais si la main mise économique de l’Afrique du Sud sur le continent suit son cours et ne sera vraisemblablement jamais hégémonique car des puissances concurrentes lui disputent le leadership, l’Afrique du Sud avec son histoire doit asseoir sa domination politique et être la référence démocratique du continent, la référence aussi de l’existence d’une nation qui appuie son pouvoir sur le vote plus que sur la corruption. Pour cela, la responsabilité des responsables politiques est grande, pour l’Afrique du Sud mais pour tout le continent… l’Afrique du Sud montre la voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *