Satyagraha House – Un double anniversaire

Pour ceux qui ne le sauraient pas ou ceux qui découvrent mon blog, j’ai eu l’honneur d’être en charge d’un projet unique en Afrique du Sud. Le développement d’un projet hôtelier et culturel à Johannesburg : la Satyagraha House. Et cette maison, aujourd’hui Guest House et musée, fête ses 3 années d’existence…

Mais tout a commencé il y a exactement 5 ans. Quand Jean François Rial m’appelle et me demande de me renseigner suite à une brève parue dans un grand quotidien français « la maison de Gandhi est à vendre… depuis 2 ans ». Passionné par l’Inde et par les grandes spiritualités, la vie et le message de Gandhi l’avait habité de tout temps… ce message était donc pour lui le moyen de se rapprocher de cet homme icône mondiale et modèle spirituel. 3 semaines plus tard… La maison était achetée… il fallait alors transformer une maison, encore restée dans son jus et cependant avec des équipements modernes en une demeure qui retrouve son sens initial.

Deux ans ont été nécessaires pour retrouver combien cette maison avait été importante dans la vie de Gandhi et notamment son architecte et propriétaire, Herman Kallenbach. Il n’était pas question d’y faire un hôtel mais un lieu à la mémoire des deux hommes et un lieu symbole de la théorie qui y est née, la résistance passive. Du nom originaire, le Kraal, la maison devint la Satyagraha House (la maison de la résistance passive ou plus exactement de la « lutte par la force de la vérité ». Il imagina assez rapidement le modèle « économique ». Créer un musée dont la pérennité serait assurée par l’activité hôtelière. Ainsi, la Satyagraha House, à terme, serait libérée de tout propriétaire et génèrerait elle-même son propre revenu, donc son propre entretien, bref la mémoire dont elle est dépositaire.

Eric Itzkin fut notre historien sud africain de référence, auteur de l’exposition « Johannesburg, Satyagraha’s Birthplace » au museum Africa de Newtown à Johannesburg ; Lauren Segal, l’une des dirigeantes de Trace (qui a conçu notamment le musée de l’apartheid) et qui fut précisément l’auteur de l’expo sur Gandhi à Constitution Hill, fut la créatrice du musée et du design ; elle nous ouvrit la porte à de nombreux artistes et artisans sud africains. Rocco Bosman, aujourd’hui disparu, fut l’architecte et le chef d’orchestre de ce projet très ambitieux. Christine Puech et Amit Zadok furent les décoratrices et chineuses, parcourant l’Afrique du Sud et l’Inde pour donner à la maison une ambiance actuelle mais avec de belles touches historiques. Je fus modestement la courroie de distribution entre tous ces métiers, validant parfois seul, souvent avec Jean François et avec l’aide d’Eric, chaque détail de ce projet.

3 ans après l’ouverture, la Satyagraha est plus belle que jamais. Elle est très recherchée car très bien notée sur Trip Advisor. 6ème parmi 730 guest house dans la région de Johannesburg, avec en plus le prix d’excellence de ce site. Et 2ème « attraction » de la ville, après le musée de l’apartheid… excusez du peu et Traveller’s Choice 2014. Depuis de nombreux descendants de Kallenbach et de Gandhi sont venus valider notre projet en y séjournant ou en le visitant, de nombreuses personnalités de tous horizons l’ont également vu et ont goûté au plaisir d’y séjourner.

Aujourd’hui, la Satyagraha House a son guide en la personne de Mohamed el Selhab qui la dirige et elle poursuit son chemin sans n’avoir jamais renié les nombreux principes qui la dirigent : nourriture végétarienne de haute qualité, un service de haut niveau, personnalisé et attentif (ce qui est rare) et une éthique dans chaque chose (les relations sociales, l’environnement notamment).

Mais aussi, depuis 3 ans, grâce à nos efforts et à ceux des innombrables acteurs de la vie culturelle de la ville, Johannesburg a repris ses lettres de noblesse et avec elle Soweto ; lieu de création artistique, au top de la hype, Johannesburg est devenue une destination touristique inévitable en Afrique du Sud, afin de comprendre l’histoire de ce pays mais aussi d’y entrevoir l’avenir… car comme le passé, l’avenir de ce pays se décide ici.

Aujourd’hui Je travaille à distance aux côtés de Mohamed et suis ce bébé qui n’est pas le mien mais qui fut le cadeau d’une vie qui me fut offert par Jean François Rial et sans aucun doute, le type de fierté qui fait que votre vie participe à quelque chose d’ambitieux et de beau. Il serait une erreur impardonnable que de ne pas séjourner à Johannesburg et encore plus de ne pas au moins visiter la Satyagraha House. Je vous le souhaite.

Bon anniversaire Satyagraha House

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *