Le coût de la vie en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud est un pays développé mais dont la mesure du coût de la vie n’est pas évident à estimer. En effet, si pour le voyageur européen, partir en Afrique du Sud demeure, et surtout en 2014, une bonne affaire financière grâce à un rand faible, le coût de la vie en Afrique du Sud n’est pas si simple à évaluer.

Chaque année, l’indice du coût de la vie (l’inflation en fait) est de l’ordre de 6 à 7% ce qui est important par rapport à nos pays où l’inflation est faible voire nulle. Mais l’Afrique du Sud a vraiment deux mondes en un. Celui des gens qui ont de l’argent et vivent des de confortables conditions. Ces gens vont se loger dans des quartiers agréables et sûrs, donc chers, faire leurs courses dans le secteur officiel (Mall et magasin de chaîne comme Pick n’Pay), avoir une voiture cossue et avoir recours au crédit pour parfois vivre au dessus de leurs moyens. En vivant comme eux (ce qui est le cas de la plupart des voyageurs), on ne ressent la différence du coût de la vie que sur la restauration, l’essence (un peu) et les hébergements (et encore, cela dépend).

Mais la très grande majorité des sud africains, vivent avec des salaires bien plus faibles, quand ils ont des salaires. Le taux de chômage approche les 26% de la population active. Ce chiffre énorme cache l’existence d’un secteur informel important mais montre cependant qu’une grande partie des sud africains vit soit dans la précarité soit dans une situation professionnelle instable (intérim). Cela explique l’existence de salaires très faibles. Nombreux sont ceux qui signeraient tout de suite pour un salaire de l’équivalent de 300 à 400€ par mois avec l’assurance d’avoir un équivalent CDI. Mais l’Afrique du Sud n’a pas mis en place de salaire minimum, maintenant ainsi une grande partie des travailleurs dans une situation instable voire précaire. Cela explique également les mouvements sociaux que nous voyons fleurir ici ou là en Afrique du Sud et qui se sont parfois réglés dans des conditions très discutables voire scandaleuses.

Mais ce tableau n’est pas totalement sombre. Les droits des travailleurs sont bien défendus (grâce au CCMA, équivalent des prud’hommes) bien que le droit dans ce domaine soit plus souple qu’en Europe. Nous sommes donc dans un pays où le régime libéral voire ultra libéral côtoie un régime plus social. C’est d’ailleurs ce point qui demeure un point sombre depuis la fin de l’apartheid : le fait que le pouvoir en place n’a jamais vraiment été fort en mettant en place une politique sociale significative.

Mais les élections présidentielles de 2014 changeront peut être les choses. Donc au final, difficile d’avoir des certitudes dans ce domaine sur ce pays. Deux pays en un : un développé, avec des salaires et un niveau de vie élevé (voire parfois très élevé) et un coût de la vie tout aussi élevé, et un autre « en voie de développement » qui vit avec peu et vit en marge du secteur économique officiel et déclaré sans avoir d’autres choix.

Mais l’avenir ne pourra être que meilleur, espérons le.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *