Partir vivre en Afrique du Sud… Are you ready?

Les articles sur ce sujet ont entraîné le plus de commentaires. Ce sujet est évidemment celui qui passionne le plus ceux qui ont envie d’ailleurs, marre de la sinistrose européenne et ceux aussi qui sont convaincus que l’herbe est plus verte ailleurs car leur vie ne les satisfait pas.

J’ai fait ce saut il y a bien longtemps et je suis content de l’avoir fait. Un peu comme une check list que l’on a dans la vie et ensuite on se dit : « ça c’est fait ». Les regrets ou les « j’aurais rêvé faire » sont les choses dont on essaie tous de limiter le nombre.

Mais il existe des vraies envies de vivre en Afrique du Sud. On adhère au rythme de vie, on adhère au pays, à son histoire. Ses défauts sont pour vous des forces et des challenges. Ils sont nombreux ceux qui partent et aussi ceux qui reviennent… souvent aigris et aussi ceux qui y vivent et ne cessent de critiquer le pays qui les accueille. Mais ils sont aussi nombreux ceux qui partent et ne reviennent plus. J’ai tout de même l’impression que ceux qui partent aujourd’hui sont moins fidèles que ceux qui partaient, il y a quelques années. C’est un peu comme les divorces, ils sont plus nombreux… comme si la vie était devenu plus courte et que l’on voulait l’optimiser, histoire de ne pas mourir idiot.

Bref pour partir vivre en Afrique du Sud, il faut rêver car le rêve est toujours le moteur des plus belles choses de la vraie vie. Puis il faut aussi ne pas fuir. Aller à la rencontre de ce pays sans fuir le sien, se plonger dedans comme on se plonge à corps perdu dans une histoire d’amour. Puis, il faut accepter. Accepter que le rythme de travail ne soit pas forcément le même qu’en Europe et ils ne s’en portent pas plus mal… que les choses soient lentes à venir, l’administration lourde et exigeante. Accepter que le matérialisme soit décomplexé, que le racisme sociale soit particulièrement visible. Accepter d’attendre son verre un long moment. Accepter de ne jamais s’énerver… car sinon c’est pire encore.

Mais c’est aussi lâcher prise, ne pas stresser, avoir des délais « souples », prendre son temps, profiter de son temps, partir et en deux heures se retrouver au bout du monde, la brousse… et aussi profiter de son dimanche pour aller dans des endroits sympa et conviviaux, danser, chanter, bref être insouciant… libre. Le regard des autres vous juge moins mais bizarrement, les nombreux étrangers que j’ai croisés, ne peuvent s’empêcher de juger.

Bref partir vivre en Afrique du Sud est simple, si vous vous préparez. Ce sera compliqué, si vous fuyez, si vous regrettez, si vous aimez trop votre pays, ou si vous laissez trop de monde derrière vous, si vous y allez pour tenter, si vous ne vous fondez pas dans la foule, si vous restez avec vos congénères et francophones, si vous avez peur, si vous n’êtes pas prudents aussi.

L’Afrique du Sud reste l’Afrique, elle vous ouvre ses bras et vous semble « easy » car ce pays est définitivement proche de nos pays occidentaux… mais la culture des pionniers, les diverses cultures ancestrales nous sont en général trop inconnues pour que l’on y adhère immédiatement… pas besoin d’aller vivre avec les « beatniks » non plus, de sortir à point d’heure et avoir une vie de patachon. Vivre en Afrique du Sud, cela dépend aussi où. Pour moi, la seule Afrique du Sud est celle du Nord. Dans le Sud, au Cap, c’est un autre pays, pas plus simple, mais différent, il est plus attirant aussi, il attire le plus de jeunes… ils repartent aussi.

Bref, soyez libres, si on vous le permet, d’aller vivre en Afrique du Sud mais faites bien le compte de toutes les raisons qui vous attirent… et méfiez vous des mauvaises. Et plongez !

Bon voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *