Que reste t’il de l’or en Afrique du Sud?

L’or est un élément clé de l’Afrique du Sud. Il en a expliqué l’occupation du territoire, le développement de certaines villes, certaines guerres aussi et il a dessiné le trajet des conquêtes, coloniales d’abord, touristiques ensuite.

Quand on parle de l’or en Afrique du Sud, on pense avant tout au Nord du pays et cela comme à Johannesburg ou Egoli, la ville de l’or. Les monticules de terre aurifère donnent du relief à la ville. Ils sont légèrement recouverts de végétation mais assez peu car cette terre est assez peu fertile. Avec la montée des cours de l’or, ces monticules, originaires de l’exploitation de l’or des deux tiers du 20ème siècle, sont aujourd’hui de nouveau exploités pour en ressortir des poussières bien précieuses.

L’or est donc omniprésent dans l’architecture naturelle de la ville de Johannesburg. La poussière d’or recouvre la ville les quelques rares jours de grand vent, des mines désaffectées sont prises parfois d’assaut par des artistes contemporains. Ainsi un cinéma en plein air y a été conçu il y a quelques années. Et il y a ce fameux parc d’attraction de Gold Reef City à la sortie de la ville et juste en face du musée de l’apartheid, qui existe depuis de nombreuses années. Une ambiance « western » y règne et les enfants européens fans de sensations n’y trouveront pas leur compte. Mais conçu sur le site d’une ancienne mine d’or, ce parc permet de descendre dans une ancienne mine et de découvrir comment travaillaient les mineurs à l’époque.

Plus profond, je conseille absolument de visiter le Worker’s Museum, récent musée situé dans le centre ville à Newtown qui permet de revenir sur la vie des populations noires qui furent la chenille ouvrière de cette conquête. Au passage, on appréciera d’entendre des chansons traditionnelles issues des mineurs et les fameux Gumboot, connus dans le monde entier et qui furent un art issu de ces conditions de vie très difficiles. L’or est partout, dans les têtes, dans l’architecture, dans l’histoire et dans la culture. Mais ne vous attendez pas à faire de bonnes affaires avec l’or local. L’or est soumis à un cours mondial, donc il est aussi cher là bas que dans votre quartier.

On parle aussi beaucoup de l’or quand on se dirige vers le Blyde River Canyon et plus précisément Pilgrim’s rest. Cette ancienne ville d’orpailleur est restée figée dans le temps, ambiance western garantie, étape obligée des bus de touristes… on peut vivre sans aller se faire plumer dans ce village où tout est trop cher et où tout est « toc ». Mais attention, tout n’est pas si artificiel… il faut pousser les portes, vraiment rencontrer les gens et ces familles issues de ces pionniers d’un autre temps. Le filon courait jusqu’au parc Kruger et l’on retrouve à Skukuza, le plus grand rest camp du parc, un restaurant situé sur le quai de l’ancienne gare où reste arrêté à jamais un ancien train à vapeur…

Il y a l’or, il y a aussi les Diamants, mais les diamants sont encore bien présents alors que l’exploitation de l’or demeure aujourd’hui assez réduite. Mais ne pas s’intéresser à l’histoire de l’or revient à effacer de son analyse, les raisons d’un développement inouï, d’une richesse qui perdure aujourd’hui, de la naissance de grande famille et de tout ce qui fait que Johannesburg est la ville qui compte le plus grand nombre de millionnaires en Afrique.

Bling Bling

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *